Se débarrasser d'un manipulateur ou d'un pervers narcissique

wave shape
Cet article comporte 3740 mots

Se débarrasser d’un manipulateur

D’après Isabelle Nazare-Aga, auteur de « Les manipulateurs sont parmi nous », la seule solution face à un manipulateur (pervers narcissique ou pas), c’est de ne pas se laisser faire. Quand votre manipulateur utilise la culpabilisation pour vous faire céder, et que vous refusez (avec raison), que fait-il ?

Il vous fait comprendre que vous n’êtes pas quelqu’un de bien. D’après Isabelle, il faut alors remettre les pendules à l’heure et s’en débarrasser une bonne fois pour toutes !

Le pervers narcissique, cet autre manipulateur

Présomptueux, manipulateur, égoïste, condescendant, exigeant, sont parmi les qualificatifs qui s’attachent aux personnes souffrant du trouble de la personnalité narcissique. L’ensemble de ces traits transpire aussi bien dans les relations professionnelles et amicales ou amoureuses.

Cette personne est imbue d’elle-même, au point de se sentir supérieure à tous. Et elle entend être traitée à la hauteur de l’estime incommensurable qu’elle se porte. Dédaigneuse, ayant la critique facile, elle sort de ses gonds à la moindre contrariété ou remontrance.

Le narcissique détient une personnalité amoureuse d’une image grandiose et idéalisée d’elle-même. Pour vivre cette représentation de lui-même, le narcissique va devoir ruser et manipuler son entourage.

Prise en défaut, il utilisera tous les moyens possibles pour retourner la situation en sa faveur. Ne supportant pas la moindre critique négative et autre reproche, qu’il confond systématiquement avec des attaques personnelles, il surréagit, s’emporte et n’hésite pas à faire preuve de violence.

Pour l’entourage, la meilleure solution pour éviter leurs colères consiste souvent à laisser faire et se plier à leurs injonctions. Ou partir.

Différents symptômes du trouble de la personnalité narcissique.

Sentiment de grandeur et suffisance : La personne se pense unique, spéciale et à ce titre croit qu’elle ne peut être comprise que par des êtres supérieurs. Pour cette raison, elle cherche à attirer ou à être vue et associée à des personnalités prestigieuses ou perçue comme telles. Dans cette quête, il pourra même attribuer à ses proches des qualités imaginaires, non pour les gratifier, mais pour se persuader qu’il est entouré de gens de haute valeur.

Le pervers narcissique pense posséder tous les talents et attend de son entourage une reconnaissance sans failles de son excellence. Exagérer ou mentir au sujet de sa réussite est de l’ordre du réflexe.

Il s’imagine réussir brillamment dans tout ce qu’il entreprend, jouir d’un pouvoir, être irrésistible.

Ces fantasmes lui permettent de lutter contre le vide anxiogène qui habite sa vie. Dès lors, tout ce qui pourrait venir perturber ce sentiment de grandeur sera systématiquement tourné en dérision, voire détruit.

Besoins d’éloges et d’admiration : sans reconnaissance et admiration, il se meurt. Pour se prémunir d’une éventuelle carence de reconnaissance, il cherchera à s’entourer de gens qui, faibles et inféodés à sa personne, satisferont son besoin obsessionnel de flatterie. Si sa victime ne lui fournit plus sa dose d’admiration, le narcissique manipulateur la rendra coupable de trahison.

Le sentiment que tout lui est dû. : Il ne conçoit pas que ses désirs puissent ne pas être entendus et comblés. Son entourage est donc systématiquement sommé d’y répondre.

L’exploitation d’autrui sans honte ni culpabilité  : Il considère les gens qui l’entourent comme des objets pourvoyant à son besoin de reconnaissance. Alors même qu’il est doté d’une intelligence certaine, il est un être vide qui se nourrit des talents, des connaissances, des qualités de ses proches.

Intimider, tyranniser, déprécier l’autre. : Il redoute ceux qui ne s’intéressent pas (ou plus) à lui ou le mettent en difficulté. Il utilise alors deux stratégies. Soit il tente de séduire, soit il les traite par le mépris et le dédain avec l’objectif de les discréditer (et parfois l’un, puis l’autre, en quelques minutes). Au pire, il n’hésitera pas à injurier, dénigrer, malmener, s’emporter, violenter, jusqu’à ce qu’ils se soumettent.

Celles et ceux qui ont été en contact avec un PN sont unanimes pour reconnaître qu’ils ont été attirés par son charisme. Dans un premier temps, elles vont croire être tombées sur la perle rare. Mais, tout ça n’est qu’illusion. Une fois prise au piège, la victime va connaître l’enfer de la relation toxique.

Vos besoins ne sont jamais reconnus et encore moins satisfaits. Vous avez l’impression de n’exister que pour dire combien il est beau et intelligent. Il ment, manipule, blesse autrui. Peu à peu, les remarques désobligeantes, le mépris à votre endroit deviennent récurrents. Puis il cherche à vous déposséder de vos envies pour imposer les siennes.

Régulièrement et sans votre permission, il fouille dans vos mails et messages, il écoute et s’immisce dans vos conversations, il les surveille. Si vous cherchez à imposer des limites, il tente de se justifier en retournant contre vous ce que vous lui reprochez. Bien que vos arguments soient rationnels, il ne les entend pas.

Lorsqu’il parle de vous, vous ne vous reconnaissez pas. Il vous rend responsable de choses qui vous sont étrangères, vous fait des reproches injustes et vous critique à tort.

Réaliser que vous n’êtes rien de plus qu’une proie aux yeux d’un manipulateur

Vous devez réaliser que vous êtes la proie d’un manipulateur, et qu’il a instauré une relation de POUVOIR sur vous qui vous empêche de dire ce que vous pensez vraiment. Si vous le laissez faire, au fond, vous acceptez qu’il vous « bouffe » au nom de :

La culpabilité qu’il vous fait ressentir.
De cette loi implicite : « Mais ça ne se fait pas de dire non ! Il en a tellement besoin ! »
Si je dis non, n’est-ce pas la preuve que je suis une mauvaise personne ?
Car, finalement, est-ce que cela me coûte tellement de céder ?

La réponse est ça vous coûte beaucoup : .

En stress
En angoisse
En ruminations inutiles
En perte de confiance en vous
En perte de liberté
En perte de droit à être vous-même

Car 2 conceptions s’opposent lors d’un affrontement entre un manipulateur et sa victime :

Celle du manipulateur : qui sous-entend que lui refuser ce qu’il demande, c’est être un être abject.
Celle de la victime : qui aimerait penser qu’elle n’est pas un être abject pour se construire sereinement (on la comprend !)

Un individu a la même valeur intrinsèque qu’un autre individu. Personne n’est supérieur à un autre. Mais si vous niez vos besoins vitaux (et j’insiste sur l’idée des besoins vitaux), vous admettez qu’un individu (votre tourmenteur) a plus de valeur que vous-même. Autrement dit, vous n’avez pas à vous soumettre au jugement tout puissant de celui qui vous dénigre.

Affirmez-vous !

« J’ai le droit de ne pas penser comme toi. »
« Ton interprétation malveillante de moi n’engage que toi. »
« Je ne te dois rien, et ce que j’ai choisi de te donner par bonté de cœur, je choisis maintenant de te le reprendre »
« je ne suis pas moralement obligée de tout te donner »
« même si j’ai pu t’aimer, rien ne m’oblige à continuer à le faire »

Rétablissez des limites

Rétablissez des limites (même si les manipulateurs détestent ça).

Ces limites :

« Non, je n’ai pas envie de cela pour moi »
« Oui, j’ai envie de faire cela comme ça, car c’est comme cela que je le ressens »
« Non, je n’ai pas à être d’accord avec toi en permanence »
« OUI, je peux te refuser quelque chose et ne pas être une affreuse personne » formeront une barrière protectrice entre vous et la culpabilisation du manipulateur.

La technique consiste donc à se faire confiance, plutôt qu’à faire confiance à son manipulateur.

Car faire confiance à son manipulateur est une très mauvaise idée : un manipulateur est incapable de ressentir la moindre compassion pour sa victime, mais il vous fait croire qu’il en a (c’est pour ton bien). Autant dire que si vous lui demandez gentiment d’arrêter parce que vous n’en pouvez plus :

Il vous méprisera. Il n’arrêtera pas.
Parfois la seule solution, c’est de couper les ponts et de vous éloigner très vite et très loin

J’ai vécu avec un manipulateur / dominateur

Parfois, je repense au passé, et je me demande :

« À quoi ressemblerait ma vie si je n’avais pas eu le courage de couper les ponts pour de bon avec ce manipulateur ? »

Cette question me fait froid dans le dos, parce que je connais la réponse.

Voilà un petit aperçu de ce qui me serait arrivé :

Dépression.
Dégoût de moi-même.
Stress permanent/ perte totale d’envie de mener à bien tous mes projets.

J’ai vécu ces 3 aspects, mais j’ai fini par partir. Aujourd’hui, heureusement, je ne ressens plus une once de culpabilité pour lui avoir signifié que je n’étais plus sa proie, son jouet, sa chose (il me l’a fait payé cher, mais c’est une autre histoire). Sur le coup, j’ai eu l’impression de l’avoir terrassé en partant. En tout cas, c’était ce qu’il voulait me faire croire. En fait, c’est son orgueil qui l’a terrassé et non moi.

Sa présence dans ma vie était comme un poison lent qui détruit et engourdit. Mais je ne m’en suis vraiment rendu compte après. Évidemment, c’est là que l’on prend conscience du lavage de cerveau que l’on a subi. Avant, j’étais stressée, angoissée, dépressive, toujours en train de me demander comment être une bonne personne. J’étais totalement paumée. Il s’était pourtant présenté en sauveur, il s’est ensuite transformé en bourreau. Et moi j’ai mis du temps à sortir de mon état de victime.

Et plus tard (quand j’allais mieux), je me suis même demandée qui sauvait qui. J’avais besoin d’une force que je ne pensais pas avoir, d’approbation, lui avait besoin de ma joie de vivre, de ma fraîcheur et d’un rôle qui siérait à son narcissisme. Le fameux triangle de Karpman résumé en quelques mots.

Ça marche comment un manipulateur ?

Le manipulateur ne montre pas son vrai visage au début. Si c’était le cas, vous auriez fui au premier contact. À la place, il vous fait croire (et aux autres aussi) qu’il est gentil avec vous, avenant, digne de confiance, et bien sûr, qu’il fait tout pour vous (sauf ce dont vous avez vraiment besoin) ; et tout cela, dans le but que vous vous attachiez affectivement à lui. Ce n’est que dans un second temps qu’il révèle son vrai visage. Souvent, quand vous exprimez des velléités d’être vous-même. Vous devenez alors à ses yeux, un monstre d’égoïsme qui ne pense qu’à lui.

Le mien en plus est devenu un harceleur, dans les années qui ont suivi. D’abord chez moi, partout où j’allais et ensuite, quand j’ai déménagé, auprès de mes proches. Cette personne a tout fait pour me démonter aux yeux des autres. Cela a marché sur 1 personne, mais pas sur toutes les nombreuses autres.

Un manipulateur entretient l’illusion que vous comptez pour lui. Il fera des efforts pour préserver les apparences (surtout devant les autres), mais ne vous leurrez pas : une relation toxique, par définition, est une relation à sens unique. Même ces prétendus cadeaux (que vous n’avez pas demandés) n’en sont pas. Ils ne sont là que pour vous amadouer et entretenir chez l’autre l’illusion de l’être parfait y compris dans le domaine de la générosité.

Le point commun entre tous ces manipulateurs ? Un complexe de grandeur qui vient cacher en fait à quel point, ils se sentent vides et petits.

Ce qu’il souhaite ?

Que vous pensiez comme lui
Qu’il soit votre unique point de référence
Que vous vous comportiez comme lui pense que vous devez vous comporter

Bref, il souhaite vous contrôler. lui ? vous contrôler ? Jamais de la vie ! Il ne souhaite que votre bien, mais vous ne voyez rien. Quelle personne stupide et ingrate vous êtes ! Je plaisante bien sûr.

Il souhaite aussi vous culpabiliser. Lui, vous culpabilisez ? Mais, non, il cherche juste à vous faire réfléchir sur vos comportements odieux et néfastes.

Quand vous le quittez enfin, ou lorsque vous coupez les ponts, vous devenez un traître, la personne à abattre et lui la victime. Il vous qualifie de :

personne égoïste
personne dérangée
personne amorale
personne mauvaise et sans compassion
personne intéressée
etc. Bref, complétez à loisir.
Le manipulateur est blanc comme neige, et vous êtes une personne abominable.

Ils peuvent vous faire du chantage au suicide (je vais si mal, et c’est de ta faute) ; devenir violent et destructeur (ils ne savent pas gérer « le non ») ; perdre « leur jouet », leur faire-valoir est une blessure d’ego qui peut les rendre dangereux, si en plus, ils leur prennent le désir de se venger.

Souvent, ils cherchent à détruire votre réputation et vous isoler de tous.

Comment reconnaître un manipulateur

Cela n’est pas évident de les reconnaître, car ils sont souvent charmants en public, et dévalorisants en privé. Mais, quelques traits sont facilement reconnaissables.

L’orgueil : il sait tout, il a tout vu, il a tout accompli, et donc, vous devez l’écouter. S’il ne l’a pas fait, c’est que ça ne l’intéressait pas, mais, ne vous y trompez pas, tout le monde le voulait dans ses rangs.
Le victimât : certes, il sait tout, mais il n’a pas de chance. Personne ne l’aime, on le jalouse (pour son intelligence bien sûr), on lui en veut et ne comprend pas pourquoi, car il n’a rien fait, etc. Donc vous devez être compréhensif, le plaindre, l’aider…
L’égocentrisme : il doit être obligatoirement le centre d’intérêt. En public, il va se montrer sous son meilleur jour et se valoriser à grand renfort d’anecdotes sur sa vie incroyable, ou : « oh combien » les gens n’ont pas été gentil avec lui. Il replacera régulièrement la conversation sur lui.
Le manque de modestie : c’est simple, il n’a jamais tort. Quelque chose tourne mal ? Ne vous inquiétez pas, il va vite vous trouver quelqu’un sur qui remettre la faute. La plupart du temps, cela tombe sur vous.
La dévalorisation : c’est simple, vous ne faites jamais rien de bien. Il est donc obligé (le pauvre), de réagir et de vous le dire. N’oubliez pas, s’il vous le dit, c’est pour votre bien, supportez donc et ne faites pas votre susceptible. « comment ça, on ne peut jamais rien vous dire ? »
Intolérance à la frustration : il ne supporte pas le « non » des autres. Cela le rend dingue. Il fulmine, cherche à vous faire changer d’avis et s’il n’y arrive pas, il s’emporte.

Un manipulateur est un prédateur par nature. Au début, ce que voulait le mien tant qu’il était dans ma vie, c’était me contrôler, me dominer afin de se donner un sentiment d’importance, de fierté et d’utilité. Mais pas seulement, j’avais 20 ans d’écart avec lui, et, ma jeunesse à son bras lui inspirait un sentiment de fierté et d’importance également.

Quand je l’ai quitté, il a cherché à me récupérer, à me convaincre (tantôt adorable, tantôt infâme). Quand il s’est rendu compte que cela ne fonctionnait pas, il a voulu me détruire, tout simplement. Il a souhaité ensuite me piétiner, profiter de chaque faille qu’il décèlerait chez moi (et à l’époque, j’en détenais un paquet), sans qu’aucun principe moral ne le retienne jamais.

diffamation
mensonges
harcèlement
téléphoner ou écrire à mes proches
fausse dénonciation
se faire passer pour ma « pauvre victime »
et le pire (je le garde pour moi)
Sachez que le manipulateur est peut-être en recherche de reconnaissance absolue, mais il n’est pas fou. Il déploie son jeu avec des personnes qui manquent de confiance en elles.

Le manipulateur est-il capable de ressentir de l’amour ?

Il le pense peut-être. En fait, tout est centré sur lui, ses besoins et sa vision de la vie. Il ne supporte pas d’être contrarié, d’avoir tort, de ne pas être celui qui « brille », donc il ne supporte pas que vous ayez votre propre avis, votre propre manière de fonctionner, vos projets, votre indépendance. Bref que vous viviez en dehors de lui. Il fera tout ce qu’il peut pour formater votre pensée, dans le sens qui lui convient.

Est-ce de l’amour ? Non, il agit en patron, en gourou à qui vous devez obéissance, sous couvert de « c’est pour ton bien », « c’est pour t’aider », « c’est pour te protéger ». Au plus, la victime est jeune, au mieux ça marche, au plus la victime est fragile, au plus l’emprise fonctionne.

Ils jalousent leurs « victimes » en raison des capacités qu’elles ont ou en raison de ce qu’elles sont (et qui lui plairait d’être), même si vous, vous n’en savez rien. Cela peut être n’importe quoi du reste. Ils soignent leur complexe d’infériorité en assujettissant les personnes plus faibles ou empathiques. Tout cela leur donne un sentiment de pouvoir et de grandeur dont ils sont extrêmement gourmands. Ils ont soif d’attentions et de félicitations, ils ont besoin d’être placés sur un piédestal et surtout obtenir de vous ce qu’ils ont toujours obtenu.

Cela peut-être :

matériel
non matériel
coaching astropsychologie

Comment tenter de mettre un terme à une relation avec un manipulateur

Le manipulateur est très doué pour vous embobiner et vous faire céder. Il utilisera chacun de vos mots, pour vous retourner comme une crêpe, vous bouleverser, vous culpabiliser, quitte à déformer la réalité.

Le manipulateur utilise une partie de la réalité que vous ne pouvez nier, mais la déforme complètement ou vous prête des intentions que vous n’avez jamais eues à partir de cette dernière.

Exemple : vous avez l’habitude de flâner au centre-ville. Vous le faites pour vous détendre ; lui prétend que c’est pour le tromper, vous droguer, dépenser son argent, etc. Comme vous ne pouvez nier que vous allez au centre-ville, vous voilà pris au piège n’ayant aucune preuve du contraire de ce qu’il avance gratuitement. Cela dit, lui non plus. Mais le manipulateur insinue le doute dans l’esprit des autres. C’est là sa plus grande force et il le fait très bien.

Puisque ce dernier utilise chacune de vos paroles et de vos moindres gestes contre vous : coupez les ponts, et ne vous justifiez plus, et ce, sous aucun prétexte.

Ne lui parlez plus
Ne répondez plus au téléphone
N’échangez pas de SMS
Ne cherchez pas à changer votre manipulateur / pervers narcissique (peine perdue)
Changez de numéro si nécessaire (le mien, malgré la mise en liste rouge de mon numéro, a trouvé le moyen de l’avoir et ceci 3 fois… pas de bol).
Refusez de le voir
N’ouvrez pas la porte (en cas de harcèlement)
Ne cédez sur aucune de ses demandes, si minime soit-elle
Déménagez loin, si cela ne suffit pas, et ne lui laissez pas votre adresse.
Faites-vous accompagner, ne vous isolez pas, parlez à des amis
Retravailler la confiance en vous que vous avez perdue
Écoutez votre intuition et votre instinct
Écoutez votre corps (il sait mieux que quiconque si ce que vous vivez est normal ou pas : il se manifeste par de la fatigue, de l’asthme, de l’exéma, des problèmes intestinaux, des douleurs de dos, etc.
Ne vous forcer pas à faire ce pour quoi, vous n’avez aucune motivation

Cet article est réservé aux abonnés VIP et VIP

S'abonner

Mes articles sont le fruit de 30 ans de formation et d'expériences et vous livrent des connaissances riches, fouillées et sérieuses en astrologie, en astropsychologie et en psychologie.

Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour que je puisse répondre à une question qui concerne votre thème
Si vous souhaitez une réponse approfondie, inscrivez-vous en mode VIP
07 86 44 72 87
Question rapide?
t