Les défenses psychologiques du feu : bélier, lion et sagittaire

wave shape
Cet article comporte 2636 mots

Les grandes peurs du feu son la peur de l’insignifiance, de l’impuissance et de la banalité. Ce sont les 3 signes liés aux défenses œdipiennes et en particulier pour le bélier.

Le bélier déteste l’impuissance et la domination
Le lion déteste se sentir ordinaire et commun
Le sagittaire déteste se sentir enfermé et abhorre le non sens

Les défenses psychologiques du bélier

Soleil en bélier, lune en bélier, ascendant bélier, et surtout un amas planétaire en bélier, mars dominant et puissant. Attention, vous ne possédez pas uniquement Mars dans votre thème, ainsi que le signe du bélier. C’est pourquoi tout se nuance et se colore.

Le Bélier se défend contre l’insignifiance en étant le premier et le meilleur. Le Bélier ne se contente pas d’un sentiment intérieur de devoir s’affirmer contre tous. Il est poussé à conquérir le monde, à affirmer son individualité et à vaincre l’adversité.

Le Bélier est un croisé. Pourquoi les gens partent-ils en croisade ?

Les croisades peuvent être considérées comme une défense. C’est une défense très agressive, mais une défense tout de même. L’esprit de croisade peut être une défense contre nos propres doutes intérieurs. Plus on peut éveiller et inspirer de gens, plus on prouve sa propre puissance. C’est le même esprit qui pousse Don Juan dans ses conquêtes sexuelles sans fin. Plus il conquiert de femmes, plus il apparaît puissant à ses propres yeux. La boucle est bouclée, nous revenons au schéma œdipien si caractéristique de ce signe de feu.

Prenons l’exemple d’un individu qui a un Mars angulaire avec le Bélier à l’ascendant et qui se fait rejeter par un individu.

Le type « Mars puissant » et « Bélier dominant » sera vraiment énervé, car le rejet est quelque chose que l’on subit. Mars déteste subir, le bélier aussi. Il déteste perdre la bataille. La rage de « Mars » est alors activée. Si Mars domine le thème astral, cette voix sera la plus forte, et il sera beaucoup plus naturel pour lui de réagir par la rage, l’agressivité et la colère que d'avouer :

« Je me sens mal. Tu m’as vraiment blessé, je me sens inutile et tout petit ».

Mars ne peut pas faire cela, car le rejet équivaut à la perte de puissance, et la perte de puissance, pour Mars, est une sorte de mort. Admettre que quelqu’un a le pouvoir de nous faire du mal signifie qu’il ou elle a du pouvoir sur nous.

Le type « martien » va chercher à récupérer un sentiment de puissance, aussi fugace ou illusoire soit-il, en manifestant sa colère. Si, par exemple, une personne se met tout le temps en colère et qu’il est clair que cela cause des problèmes, cela peut faire une grande différence si l’on peut voir quel objectif caché cette colère peut servir.

Que dissimule-t-elle ?
Qu’est-ce qu’elle est censée accomplir ?

La plupart du temps :

se sentir écrasé et donc faible
se sentir impuissant, désarmé et donc faible
ne pas compter aux yeux des autres et donc sans importance
se sentir démuni et donc faible

Les défenses psychologiques du lion

Soleil en lion, lune en lion, ascendant lion, et surtout un amas planétaire en lion, Soleil dominant et puissant. Attention, vous ne possédez pas uniquement le soleil dans votre thème, ainsi que le signe du lion. C’est pourquoi tout se nuance et se colore.

Le lion a essentiellement peur de ne pas être apprécié et reconnu comme quelqu’un de spécial. « Le Lion » semble avoir besoin de l’approbation des autres plus encore que le Bélier. La reconnaissance et la célébrité sont une défense du Lion.

« Le Lion » a bien plus besoin de l’approbation et de l’affirmation des autres que le Bélier qui ne semble pas s’en soucier. Pour le Bélier, l’animosité des autres peut être prise comme un compliment :

« Ils ne me détesteraient pas autant s’ils n’étaient pas jaloux de ce que je suis ou de ce que j’ai fait ».

Mais pour que le Bélier gagne, il faut qu’il y ait quelqu’un à vaincre, et aussi quelqu’un pour juger le concours. Donc le Bélier n’existe pas non plus en vase clos. Disons que la recherche active de l’approbation n’est peut-être pas le style du Bélier.

Pour « le Lion », la puissance dans le monde extérieur n’est peut-être pas si importante. Mais dans l’ensemble, le lion n’a pas réellement besoin de se sentir puissant, mais de se sentir unique. Ce n’est pas la même chose.

Le besoin du lion n’est pas centré sur le fait de battre la concurrence. À bien des égards, le Lion n’est pas du tout compétitif. Les autres personnes ne sont tout simplement pas assez importantes pour être considérées comme des concurrents.

Cela se reflète dans le besoin de faire l’expérience de sa propre destinée, car une destinée individuelle implique qu’il existe quelque part une puissance divine qui dit : « Tu es ici dans un but spécial ; tu es mon enfant préféré. » C’est le cœur du mythe du héros.

Le sentiment intérieur d’être spécial et unique est un aspect fondamental de la défense du « Lion » contre l’extinction de la banalité. C’est l’antidote à la mortalité. Le lion peut rechercher cette affirmation intérieurement, plutôt que devant une foule. De nombreux « Lions » se défendront farouchement contre la moindre suggestion qu’ils ne sont que des créatures ordinaires comme tout le monde. Ils peuvent mener des vies très banales, mais nourrir des fantasmes secrets de grandeur ou de supériorité qui révèlent la défense à l’œuvre au niveau intérieur.

Ils sont convaincus de devoir faire quelque chose de spécial, et parfois le font vraiment. Cela peut rendre le lion très charismatique, mais l’amour du public est le sous-produit, pas le motif.

Malheureusement, chez beaucoup de « Lions », la grandeur reste un fantasme en raison du fossé entre la vie extérieure et le rêve intérieur. Cela peut conduire à une grave dépression ou à la domination / dévalorisation. Il peut s’agir alors d’une défense contre un terrible sentiment de vide intérieur. « Le Lion » n’a pas vraiment besoin que les autres affirment sa spécificité, tant que la connexion intérieure est là. Le système de défense fonctionne alors de manière saine et naturelle, et donne l’impulsion à la créativité du Lion.

Le Lion a besoin du « soi » comme élément de son système de défense. Le soi est par essence unique et créateur.

On comprend dès lors pourquoi « le Lion » est traditionnellement associé à l’artiste, même s’il est évident que tous les artistes ne sont pas des « Lions » et que tous « les Lions » ne sont pas des artistes. Mais l’astrologie associe le processus créatif à la 5e maison, au Soleil et au signe du Lion.

Les défenses psychologiques du Sagittaire

Soleil en sagittaire, lune en sagittaire, ascendant Sagittaire, et surtout un amas planétaire en sagittaire, Jupiter dominant et puissant. Attention, vous ne possédez pas uniquement Jupiter dans votre thème, ainsi que le signe du Sagittaire. C’est pourquoi tout se nuance et se colore.

Ce qui compte le plus pour le Sagittaire, ce qui doit être défendu est la liberté, la mobilité, la foi et le sens. Le type « sagittaire » peut faire face à n’importe quoi tant que je sens que cela signifie quelque chose. C’est le cœur de la nature du Sagittaire, et aussi son système de défense de base.

En commun avec les deux autres signes de feu, le Sagittaire ne dépend pas des autres pour ses défenses. Le sens, pour le Sagittaire, doit venir de l’intérieur ; et non basé sur la définition du sens par quelqu’un d’autre.

Cette conviction intuitive d’un dessein significatif est essentielle pour le Sagittaire comme défense contre la menace de l’inertie et de la mort. La simple suggestion que la vie n’a pas de sens autre que le sens personnel que nous lui donnons peut être horrifiante pour le Sagittaire, car la capacité de ce signe à maintenir sa foi en l’avenir est construite sur l’idée que l’on grandit, que l’on évolue, que l’on va toujours vers quelque chose.

La liberté est importante pour le Sagittaire pour des raisons très particulières. Il ne s’agit pas d’une revendication fondée sur une idéologie. Le Sagittaire ne recule pas devant une émotion intense. Mais il peut reculer devant un engagement qui ferme la porte à de nouvelles possibilités. La liberté de mouvement et de pensée est essentielle, car il faut avoir la possibilité de poursuivre le prochain indice de la chasse au trésor et de découvrir une autre pièce du grand dessein.

Le Sagittaire voit la vie comme une grande chasse au trésor. Il essaie de comprendre ce que signifie une expérience particulière, ce qu’elle est censée lui enseigner, et comment il peut en tirer parti. Une fois l’expérience épuisée, il trouve l’indice suivant dans l’expérience suivante.

Le manque de liberté et l’impossibilité « de rechercher les indices » — et de les comprendre — sont une sorte de mort pour le Sagittaire. Il ouvre la voie à un noir désespoir. La plupart des « Sagittaires », bien que fortement motivés pour défendre leur survie psychologique en trouvant un sens à l’expérience, sont également suffisamment équilibrés pour pouvoir vivre sans avoir à interpréter chaque signe.

Mais parfois, cette défense peut prendre le dessus sur la personnalité, et l’individu n’est plus capable de vivre le présent. Tout contient une signification cachée. Certains « Sagittaires » l’habitent de façon plus ou moins permanente, poussés par le désespoir à se défendre contre la vie telle qu’elle est. Ils sont seulement capables de se rapporter à la vie telle qu’elle pourrait être.

Si le Sagittaire perd le sentiment que chaque expérience a un sens, quel est l’intérêt d’être en vie ?
Comment peut-on justifier l’horreur de la vie ?

Nous naissons, nous luttons pour grandir et survivre, et juste au moment où nous commençons à comprendre ce qui se passe, nous devenons vieux et puis nous mourons. Sans signification, le monde de la terre est une horreur pour le Sagittaire. Si ce système de défense est poussé à son extrême logique, il mettra en place un monde fait d'illusions et d’illuminations sans plus toucher terre.

C’est l’état maniaque qui est caractéristique de la pathologie du Sagittaire. « Je détiens la vérité », dit le Sagittaire. « Peu importe la réalité, je détiens la vérité, je sais tout simplement ».

En tant que figure archétypale, le « puer aeternus » est l’une des lignes de défense du Sagittaire. Le puer a besoin de ne pas être attaché, afin d’être libre de continuer à chercher des indices significateurs de sens. Le vagabondage (physique ou intellectuel), l’agitation et la difficulté à s’engager du Sagittaire ne reflètent pas une inconstance ou une incapacité à aimer. Elles reflètent la terreur de la porte fermée à jamais.

Le Sagittaire peut se mettre à aller très mal (dépression) si toutes les portes sont fermées. Le Sagittaire peut rester tranquillement heureux et mobilisé tant qu’une porte reste ouverte et qu’il n’y a pas de gardes armés à l’extérieur. On sait que l’on peut aller et venir. Mais dès que toutes les portes sont fermées, les défenses sont mobilisées, et une anxiété et une rage accablantes peuvent s’ensuivre : la chasse au trésor est terminée.

La propension du Sagittaire à philosopher et à tout placer dans un contexte universel peut être un mode de défense contre la banalité de l’existence personnelle. Cela peut être exaspérant si l’on est très terre à terre.

Vous pouvez lui dire : « Mon chat a attrapé une souris grise ce matin », et votre Sagittaire répondra : « Ah, j’ai lu qu’en Égypte, le chat était un symbole… », et la personne de type terre se retrouve soudain plongé dans la mythologie et les symboles, alors qu’il voulait seulement parler de son chat.

C’est une défense, parfois obsessionnelle, contre l’horreur de la banalité et de l’insignifiance.

Lorsque le feu devient pathologique dans ses défenses, il peut devenir maniaque ou dépressif.

La manie est assez compréhensible en tant que défense ardente. Dans l’état maniaque, on est invincible. Ce besoin désespéré de trouver des liens est généralement une défense contre des sentiments insupportables de solitude et d’insignifiance, et l’état dépressif qui suit invariablement est le crash qui se produit lorsque la chasse au trésor s’épuise et que l’on se heurte enfin à la réalité. Cette dépression peut être paralysante, et on peut se sentir suicidaire. Elle est aussi basse que la manie était haute.

Au fond, la quête de sens est une défense saine et créative. Elle peut également générer un haut degré de tolérance et de compréhension de nombreuses visions du monde différentes. Mais une fois que cette vision perd tout contact avec la réalité, elle peut devenir profondément destructrice.

Cet article est réservé aux abonnés VIP et VIP

S'abonner

Mes articles sont le fruit de 30 ans de formation et d'expériences et vous livrent des connaissances riches, fouillées et sérieuses en astrologie, en astropsychologie et en psychologie.

Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour que je puisse répondre à une question qui concerne votre thème
Si vous souhaitez une réponse approfondie, inscrivez-vous en mode VIP
07 86 44 72 87
Question rapide?
t