Affirmation de soi et astrologie : quand Mars s'exprime

wave shape

L’affirmation de soi

L’affirmation de soi est la capacité de réaliser (mars), ce que l’on souhaite, en fonction de qui nous sommes (le soleil et le thème astral en général).

Cette même énergie affirmative nous permet d’exprimer ce que l’on veut, d’exprimer ce que l’on pense et ce que l’on ressent, sans anxiété excessive, tout en respectant les autres et sans redouter la confrontation. S’affirmer, c’est estimer avoir le droit de s’accomplir, mais c’est aussi défendre ses droits.

En fonction de notre thème astrologique et de notre vécu et notre éducation, chaque être humain ne possède pas les mêmes capacités ni les mêmes comportements face à cette énergie affirmative représentée par Mars dans le thème astral.

Le comportement passif : la personne n’ose pas, ne sait pas, ne s’en pense pas capable et évite à tout prix les conflits.
Le comportement agressif : la personne s’impose à l’autre de manière frontale et sans le respecter. Elle cherche, peu importe les dégâts, à obtenir ce qu’elle veut et faire ce qu’elle veut.
Le comportement manipulateur : pour obtenir ce qu’elle veut, et faire ce qu’elle veut, la personne va « ruser » et manipuler. Cette personne aussi cherche à éviter les conflits.
Le comportement affirmé : la personne s’accomplit et s’exprime sans nier l’autre, mais en sachant se défendre au besoin.

Mars et l’affirmation de soi

L’agressivité naît d’une tendance innée à vouloir maîtriser la vie. L’agressivité saine réside dans le désir d’exister, de grandir afin de « devenir ». Mais lorsque cette force vitale est bloquée, elle se transforme en colère, en rage ou en haine. Inévitablement, notre capacité à aller de l’avant sera bloquée de temps en temps. Et lorsque cela se produira, vous vous mettrez en colère ou vous déprimerez (la dépression est la cousine proche de la colère).

Il est impossible de vivre et de ne pas se mettre en colère. Nous avons tous besoin de moyens pour exprimer la colère directement (et moralement). Si vous retenez trop longtemps votre colère, alors elle s’accumule, s’envenime et explose.

Il existe une sorte de « réservoir de stockage » dans toute maison contenant Mars et toute planète se trouvant dans le signe du bélier.

Ce réservoir ne peut pas contenir plus de choses qu’il ne peut en contenir avant d’exploser. Plus vous retenez votre colère longtemps, plus elle devient potentiellement destructrice.

Certaines personnes possèdent des fusibles plus courts que d’autres. Si votre mars est conjoint à Pluton dans le signe du lion, alors lorsque vous voulez quelque chose (Mars), vous demeurez susceptible de le ressentir très profondément et intensément (Pluton). Plus profondément qu’avec Mars en trigone à Neptune en balance.

Ainsi un natif avec mars en aspect à Pluton sera plus facilement frustré qu’un natif avec un mars en aspect avec Mercure.

Grâce à cette forme d’agressivité ou d’assertivité (besoin d’agir) en nous, vous pouvez choisir de suivre un cours, de suivre un régime, d’apprendre à conduire, etc. Nous avons besoin de Mars pour montrer au monde que nous pouvons nous débrouiller seuls. Si cette saine combativité, qui nous permet de maîtriser le monde et notre vie (pouvoir en nous), n’est pas canalisée et utilisée, alors elle s’accumule et se transforme en colère haine, rage, frustration ou dépression.

Si nous ne sommes pas capables de faire face à nos propres pulsions agressives (elles sont refoulées, niées, bloquées) alors :

Nous réprimons notre agressivité et la retournons contre nous-mêmes.
Nous exprimons notre agressivité sous des formes explosives et enfantines.
Nous nions notre agressivité et l’attribuons aux autres.

Tout mars peut être nié, refoulé et bloqué, mais on observe les dispositions les plus marquantes dans les cartes du ciel des personnes ayant :

L’agressivité peut se manifester par :

une haine froide et silencieuse
la critique agressive
l’autodestruction
le sarcasme et les railleries
l’irritation
les piques et joutes verbales
la jouissance de la violence par procuration
les fantasmes agressifs et violents
le sabotage passif
l’amertume
la bouderie
la cruauté, la vengeance, la méchanceté

À cet égard, elle n’est pas sans rappeler la pulsion sexuelle, qui s’accumule également si vous ne l’exprimez pas.

Mars : expérimenter sa combativité

Nous devons tous trouver des débouchés positifs et constructifs pour nos instincts agressifs et assertifs, et pour notre besoin de maîtriser quelque chose dans la vie ou d’apprendre diverses compétences. La maison qui contient Mars indiquera la sphère de vie où cela peut se réaliser le plus naturellement. Les aspects de Mars suggèrent également les types de débouchés qu’une personne pourrait choisir pour s’affirmer dans la vie.

Par exemple, si Mars se trouve en aspect à Neptune, vous pouvez trouver un exutoire à votre désir de vous affirmer par le biais d’activités neptuniennes : jouer de la musique, pratiquer une activité artistique, danser, guérir, etc.

Si quelqu’un s’occupe en permanence de vous, vous donne tout, prend des décisions pour vous, alors il ne vous permet pas de grandir. Vous ne devenez jamais une personne à part entière. Nous avons tous besoin de Mars dans notre thème pour combattre cela et affirmer notre propre individualité.

Les mythes et les contes de fées de diverses cultures décrivent différentes versions de la figure de la sorcière / mère qui mange, les enfants.

En tant que nourrissons, nous avons tous été à la merci d’une figure féminine qui détenait un pouvoir absolu sur nous. Parfois, elle peut prendre un visage très destructeur et négatif (anima négative). La personne qui doit prendre soin de vous est aussi celle qui peut le plus menacer votre développement, et donc celle qui pourrait « vous dévorer ».

Mars : affirmation de soi et relation à la mère

Au début, la mère nous paraît représenter le monde entier, car nous nous sommes totalement identifiés à elle. Nous ne faisons à l’origine qu’un avec son corps, et même après la naissance, nous sommes dépendants d’elle pour notre survie. La mère qui, pendant trop longtemps, possède et surprotège l’enfant, empêche celui-ci de se développer en une personne distincte.

Le parent prend tellement soin de l’enfant que celui-ci ne développe jamais sa propre force ou son identité. Certains ressentent un besoin intérieur de rester sous la protection de la mère ou du père et de ne jamais grandir. Ils ne veulent peut-être pas sortir du ventre de la parenté ou couper le cordon ombilical psychologique. Une partie de notre psyché peut vouloir que quelqu’un d’autre soit « grand et fort » pour nous.

La lune, Vénus et Neptune évoquent les parties de notre psyché qui veulent se perdre dans une autre personne ; se refléter, se fondre, fusionner et être engloutie par quelqu’un d’autre ou quelque chose de plus grand que nous.

Nous avons besoin de Mars pour contrecarrer nos pulsions lunaires, vénusiennes et neptuniennes. Si Mars se trouve en aspect difficile par rapport à la Lune, Vénus ou Neptune, alors un dilemme apparaît entre la part de nous qui réclame l’indépendance et la part en nous qui ne le veut pas. Il existe une tension entre le besoin d’explorer et de grandir et le besoin de sécurité.

La Lune représente le désir de fusionner avec le ventre de la mère. Le Soleil et Mars, en revanche, demeurent des principes plus affirmés : ils représentent le besoin de se distinguer en tant qu’être indépendant à part entière. Mars (agir par soi-même et pour soi-même) est le lieutenant du Soleil (devenir soi).

L’agressivité entre la mère (et le père) et l’enfant est inévitable. Nous naissons victimes potentielles. Nous naissons impuissants : si personne ne s’occupe de nous, nous mourrons. Nous avons besoin de notre mère pour survivre. Être à la merci de la mère pour notre bien-être et notre survie nous fait à la fois l’aimer et la détester. Petits, nous l’aimons lorsqu’elle répond à nos besoins et désirs ; nous la détestons lorsqu’elle ne le fait pas, même si, en tant qu’adulte, elle a parfois de bonnes raisons

L’agressivité entre la mère et l’enfant ne survient cependant pas seulement parce que nos besoins sont frustrés, elle sert aussi un objectif positif. L’agressivité dans le développement de l’enfant sert de moteur positif vers la séparation et l’indépendance. Mars nous donne envie de nous libérer du joug maternel afin que nous puissions nous développer de manière autonome.

Si nous voulons devenir des adultes à part entière, nous devons surmonter progressivement notre dépendance à l’égard de la personne qui s’occupe de nous. Pour ce faire, nous devons montrer au monde que nous pouvons suffisamment maîtriser l’environnement pour satisfaire nos propres besoins. Mars apparaît comme la clé de voûte de cette démarche ; Mars est la force intérieure qui nous oblige à maîtriser les choses. Il est évident que nous ne devons pas seulement nous séparer et nous distinguer des mères, mais aussi des pères.

Les aspects difficiles entre le Soleil et Mars (également le Soleil et Uranus) peuvent décrire la lutte avec le père afin de devenir une personne à part entière.

Si les parents sont trop durs ou trop autoritaires, alors l’enfant pourrait grandir en pensant que s’affirmer est dangereux. C’est comme si on le lui disait :

« Tu n’es pas capable de faire les choses toi-même »
« Il faut toujours que l’on te dise ce qu’il faut faire. »
« Stop, ce que tu fais, c’est n’importe quoi »

L’enfant grandit donc en se sentant impuissant et désespéré, et très hostile envers ceux qui l’ont maintenu à terre.

Si les parents accordent tout ce que l’enfant souhaite, alors l’enfant peut grandir en croyant qu’il est omnipotent. L’enfant pense que chaque caprice doit être satisfait et ne saura pas gérer les frustrations inévitables (enfants rois). Ce n’est pas réaliste.

Si les parents ne s’affirment pas eux-mêmes, il n’y a pas de modèle d’affirmation. L’enfant peut grandir avec un grand manque d’assurance. Ces enfants-là n’ont rien contre quoi se rebeller, aucune autorité à laquelle se confronter et, par conséquent, aucune justification à leurs pulsions innées d’indépendance. Ces enfants apparaissent incapables de tester leur propre force. Si personne ne s’oppose à l’enfant, son agressivité peut se retourner contre lui-même (il n’y a pas d’autre exutoire).

Il existe une relation intime entre la proximité, la dépendance et la colère. Des études démontrent que la personne la plus susceptible de vous assassiner est celle dont vous demeurez le plus proche ; et l’endroit où cela risque le plus de se produire est la chambre à coucher. Une relation étroite et intime peut agir comme un catalyseur pour incarner des conflits non résolus liés à la relation d’attachement précoce avec la mère.

Notre survie dépend de nos parents et en tout premier lieu de notre mère. Lorsqu’un bébé ou un tout petit ressent une grande rage et une grande frustration, car ces besoins ne sont pas satisfaits, il finit par la « couper » et tombe en dépression.

Ces scènes ont été filmées par des neuroscientifiques.

Plus tard, en tant qu’enfants, nous craignons notre rage destructrice, car elle pourrait nous conduire à détruire la personne même dont nous avons besoin pour notre survie. Nous possédons tous un certain degré de rage non exprimée envers notre mère ou notre père, qui nous a « bloqués » ou ne nous a pas donné ce que nous voulions. Cette profonde rage précoce est parfois appelée « rage primitive » ou « colère de l’identité ».

Ces souvenirs enfouis dans les strates de la psyché peuvent être réveillés par une relation actuelle, un événement, et peuvent déclencher ou réveiller une colère issue d’un passé oublié. Quelque chose « du nourrisson qui hurle » se réveille en nous.

Mais si la partie du « bébé qui crie » en nous est réactivée lorsque nous sommes adultes, nous pouvons ressentir le pouvoir d’agir et avoir envie d’y mettre fin. Il n’est donc pas surprenant que la personne la plus susceptible de vous tuer soit celle dont vous restez le plus proche. Celle qui (pour une raison ou une autre) va rejouer peu ou prou les partitions paternelles ou maternelles. Celle qui va vous attirer inconsciemment justement pour ces mêmes raisons : terminer la partie : Game over — adversaire abattu.

Mars : affirmation de soi, relations intimes et conflits

La proximité peut conduire à l’agression pour une autre raison : être proche des autres fait naître le danger d’être étouffé par eux. En outre, plus vous êtes amoureux d’une personne, plus vous dépendez de cette personne pour votre bonheur et votre bien-être. Comme pour votre mère, vous êtes sous le pouvoir de cette personne (que vous soyez heureux ou triste, aimé ou non, cela dépend d’elle). Votre « mars » en voudra à quelqu’un qui possède un tel pouvoir sur vous, et vous voudrez peut-être rompre et détruire cette proximité afin de reprendre votre pouvoir. Vous vous battez donc, un peu comme un animal qui défend son territoire.

Si Mars se trouve en aspect difficile à Vénus, par exemple, vous pourriez vivre des relations d’amour/haine.

D’un côté, Mars souhaite affirmer sa volonté et exprimer son individualité.
D’autre part, Vénus a envie de s’unir.

Une partie veut se fondre et fusionner avec le partenaire : mourir en tant que « Je » et renaître en tant que « Nous ». Et une autre partie a peur de perdre le sens du « moi séparé » et l’espace individuel. Mais, même si notre Mars ne se trouve pas en aspect difficile à Vénus, nous restons tous enclins à nourrir des relations d’amour et de haine. La proximité et la dépendance déclenchent souvent des manifestations agressives plus ou moins fortes.

Les meilleures relations sont celles qui peuvent contenir non seulement l’amour que nous ressentons, mais aussi la haine et la colère que nous éprouvons envers le partenaire. Cela sera d’autant plus facile, si la mère ou le père a accepté que l’enfant exprime sa colère ou son mécontentement inévitable.

Mars : affirmation de soi, relations de groupe et conflits

Le besoin d’autonomie et de liberté (mars) ne s’applique pas seulement aux relations individuelles, mais aussi à la façon dont nous nous comportons en groupe, au sein de structure, ou encore avec les pouvoirs en place.

Par nature, nous sommes des êtres sociaux (maison 11) et pourtant nous ressentons tous fortement le besoin d’affirmer notre identité en tant que personne distincte (Mars). Nous formons des groupes sur la base d’intérêts, d’idéaux et d’objectifs communs (maison 11). C’est précisément dans les groupes où il existe une identification étroite entre les membres que les disputes les plus amères surgissent. Dès que nous nous identifions trop étroitement à un groupe, notre autonomie (mars) est menacée et l’envie de nous séparer, de nous différencier (mars) se fait naturellement sentir.

Un natif dont le thème contient un « Mars en maison 11 » dans son thème natal doit trouver un moyen de s’affirmer au sein d’un groupe sans pour autant perdre son identité personnelle.

Mars : affirmation de soi et narcissisme sain

Une saine agressivité, telle que symbolisée par Mars, nous permet d’accéder à ce que nous sommes censés devenir. Si nous renions Mars parce que nous avons peur de son côté « plus sombre », nous risquons de perdre le contact avec la partie de nous qui veut devenir ce que nous sommes. Et lorsque le désir de grandir est bloqué, alors cette énergie se transforme en colère.

Mars représente la volonté et la capacité d’affirmer ce que l’on veut — aller chercher ce que l’on veut. Cependant, tout humain sera confronté un jour à quelque chose de supérieur à sa propre volonté. Cela suggère que cette volonté individuelle ou personnelle peut soit agir en accord avec une volonté supérieure, soit la combattre.

C’est ce que l’on entend par individuation, réalisation et épanouissement de soi — grandir pour devenir ce que nous sommes censés devenir.

L’un des problèmes avec « Mars » (notre pouvoir d’agir personnel) c’est qu’il peut ou non être aligné avec notre « Soi » profond. Mars fait des choix pour affirmer qui nous sommes, mais la grande question est de savoir si ces choix sont en accord avec notre identité profonde (révélé par le soleil et le thème) ainsi qu’avec le but que nous sommes censés atteindre.

Une mouche est censée bourdonner, un lion rugir et le feu brûler : c’est l’ordre naturel des choses. Mars est l’agent actif de la psyché qui nous donne l’énergie et la volonté d’accomplir cet ordre naturel : le mettre en acte, l’exprimer et le réaliser.

Mais il est possible que « Mars » essaie de la jouer « perso » et accomplisse quelque chose qui soit en décalage, avec ce que le « soi profond » veut pour nous. En d’autres termes, au lieu de bourdonner, la mouche pourrait essayer de rugir. Ou bien, au lieu de rugir, le lion pourrait tenter simplement de bourdonner.

Ce conflit entre ce que vous voulez pour vous-même et ce que le « Soi profond » a en tête pour vous se manifestera le plus clairement avec des aspects difficiles de Mars aux planètes extérieures. La puissance des planètes extérieures (Uranus, Neptune et Pluton) supplante la puissance de Mars. Elles suggèrent qu’il y a des forces à l’œuvre qui, en fin de compte, veulent amener Mars à s’aligner, à forcer Mars à s’agenouiller. En aspects difficiles, et même en aspects faciles, Mars devra se plier à la volonté transformatrice de ces planètes.

Jung lui-même a écrit un jour que « le libre arbitre demeure en la capacité d’accomplir volontiers ce que je dois faire ». 

Mars demeure nécessaire pour accomplir notre mue, pour réaliser notre identité intrinsèque. Mars peut essayer de s’opposer à ce que nous « sommes censés » devenir, mais, en fin de compte, nous avons besoin que Mars grandisse pour cela.

Le philosophe Kierkegaard pensait que la forme la plus courante de désespoir est de ne pas être ce que l’on est. Il pensait qu’une forme encore plus profonde de désespoir existait : être quelqu’un d’autre que soi. 

Si vous niez ou réprimez complètement Mars, parce que vous en avez peur, alors vous pourriez aussi vous débarrasser de votre combativité dans le processus. Si vous faites cela, vous perdez la capacité de vous défendre, de choisir ce que vous voulez. Et vous perdez la capacité de choisir afin de vous accomplir.

Mars : relation entre la combativité et la dépression.

Il est généralement admis que si l’on retient son agressivité (combativité) naturelle ou si l’on réprime sa colère de façon persistante, l’énergie se cristallise en un nœud dur au plus profond de soi. Lorsque l’agressivité se retourne sur elle-même, elle peut devenir autodestructrice et contribuer à la maladie et à la dépression.

Toute notre énergie combative est ligotée et l’on n’a plus rien pour faire face à la vie. Un Mars inexprimé peut être l’une des clés de la dépression. Sous la dépression se cache la colère : la colère contre quelqu’un qui vous bloque ou la colère contre vous-même. Si une personne déprimée peut entrer en contact avec cette colère, elle gagnera l’énergie nécessaire pour faire basculer la dépression et affronter la vie de manière plus positive.

La formule de la dépression est la suivante : si l’on se sent désespéré et impuissant, alors on rencontre l’hostilité et la colère. Si l’on peut simplement s’emparer de l’énergie contenue dans la colère (souvent inconsciente) et la transformer en action positive, alors on a la possibilité de sortir de sa dépression.

Quand mars est faible dans notre carte du ciel

Tout d’abord, ne tombez pas dans le piège de penser que si votre mars se trouve dans le signe des Poissons ou en maison 12, il est plus faible qu’un mars en Bélier ou en maison 1. Mars en Poissons peut être aussi fort et puissant qu’un Mars en Bélier, mais d’une manière différente.

Mais si, par « un mars faible », vous voulez dire fortement contrarié par le reste du thème, alors je vous encourage à renforcer votre capacité à vous affirmer et à vous défendre. Vous pourriez vous inscrire à un cours de formation à l’affirmation de soi. Ou vous pourriez essayer de pratiquer une méditation pour développer votre volonté, ou encore pratiquer des arts martiaux. Bref, vous servir de la position en signe, en maison et en aspects de votre « Mars ».

Mais si l’on ne souhaite pas très fortement intégrer son mars (ses énergies combatives, ses pulsions de vie), il sera difficile de s’inscrire à quoi que ce soit.

Il arrive que l’élan pour se réapproprier les énergies de mars survienne lors d’un transit de Jupiter ou de Pluton (attention) par exemple. Vous devrez peut-être attendre certains transits ou certaines progressions pour vous aider à maîtriser votre Mars. Ou peut-être pouvez-vous trouver un ami (ou un conjoint) dont le Soleil, Jupiter ou Uranus (ou autre chose) aspecte votre Mars et vous entraîne.

Quoi qu’il en soit, n’acceptez pas que d'autres vous piétinent. Vous ne devriez pas non plus vous résigner à une vie sans direction. La position de mars vous donne une idée par où commencer pour contacter votre énergie martienne.

Se comprendre, se connaître
Pour se libérer et enfin avancer

Vous pouvez aussi lire

Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour que je puisse répondre à une question qui concerne votre thème
Si vous souhaitez une réponse approfondie, inscrivez-vous en mode VIP
07 86 44 72 87
Question rapide?
t
Nous suivre sur Pinterest