Bébé cancer : l'adorable hypersensible du zodiaque

On se protège des autres au lieu de se protéger de soi-même.

wave shape

cancerBébé Cancer : en résumé

« Bébé cancer » semble un bébé adorable, et c’est vrai, mais un bébé très sensible, il faudra prendre plus de précautions avec ce tout petit.

  • L’aider à prendre confiance en lui.
  • Lui faire comprendre qu’on peut le gronder, mais l’aimer.
  • Le pousser à plus d’autonomie et à moins de caprices.
  • À s’extérioriser.

Ce texte s’adresse avant tout aux bébés « ascendant Cancer ». Il s’agit d’enfants qui disposent de « leur maison 1 » en Cancer. La lune (je ressens, je conserve, j’accumule, je protège) est son maître tutélaire.

Pour nuancer ce portrait du « bébé cancer », étudier le maître d’ascendant est primordial : la lune (en signe, en position et en maison) ainsi que tous les aspects faits à la lune dans son thème natal.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le futur adulte qu’il deviendra, vous pouvez lire l’article sur l’ascendant Cancer écrit pour des adultes.

Le bébé cancer (Le soleil en cancer) va lui devoir apprendre à s’individualiser sur un mode « cancer » : très tôt ou petit à petit.

Ascendant Cancer de votre enfant : avertissement

L’ascendant signe la personnalité, le moi de contact inné. On « est » son ascendant, mais on « devient » son soleil (signe solaire). Il se peut que l’ascendant cancer ne lui corresponde pas sur tout

Le bébé cancer : la famille

Le petit Cancer est un adorable bébé, et comme les autres bébés de signe d’eau (Scorpion, Poissons), il possède une sensibilité particulière. Le bébé cancer, très émotif s’opposera à toute variation de climat affectif ou familial.

Il tiendra plus que tout à ses habitudes qui tiennent lieu de cocon rassurant. Doux et affectueux, il aura besoin plus qu’un autre d’être entouré de tendresse. Il vous rendra vos câlins, avec toute l’ardeur dont sa nature l’a doté. Également d’une grande susceptibilité, « l’enfant cancer » réagira violemment aux gronderies ainsi qu’aux vexations.

« Bébé Cancer », intuitif et réceptif apprendra très vite à ressentir et à réagir à vos différents états émotionnels : comme tout cancer, il demeure une véritable éponge.

Il sera attaché toute sa vie à la notion de famille, à l’endroit où il vit, ainsi qu’aux sensations liées à tous les plaisirs de la vie au foyer. Sociable, compréhensif et compatissant aux malheurs d’autrui, votre « petit Cancer » fuira les conflits ainsi que tout ce qui pourrait l’empêcher de vivre sereinement.

C’est un enfant qui aura besoin d’être constamment rassuré, car il aura vite peur des étrangers à la famille, de nouvelles têtes. Son imaginaire galopant le pousse à créer des scénarios catastrophes parfois fort éloignés de la réalité (la maîtresse ne va pas aimer sa poésie, son ami ne viendra pas, etc.). Veillez donc toujours à ce qu’il n’anticipe pas. Pour peu qu’il possède une dominante vierge dans son thème natal, « l’enfant Cancer » culpabilisera facilement. Prenez garde à ce qu’il ne se pose pas en victime. Vite blessé, « l’enfant Cancer » a facilement tendance à culpabiliser les personnes qu’il accuse de ne pas l’aimer assez.

Le bébé cancer : le repas

Le repas reste l’occasion première pour « bébé cancer » de goûter à une multitude de sensations tant au niveau physique (chaleur, goût, odeurs, apaisement de sa faim), qu’au niveau relationnel. Plus que pour n’importe quel autre signe, sa mémoire (liée aux souvenirs) prodigieuse provoquera de nombreuses réminiscences une fois adulte.

S’il se sent aimé et protégé lors de ses premières tétées, il vivra l’expérience du repas comme épanouissante. Dans le cas contraire, il pourrait rechigner à manger et transformera le repas en un enfer pour son entourage. Afin de prolonger ces moments avec vous, « bébé cancer » s’adonnera à la résistance au sevrage et à l’apprentissage à l’autonomie (manger seul). Dans un premier temps, accompagnez-le et félicitez-le !

En grandissant, le cancer peu exigeant sur la qualité des repas, exigera un réfrigérateur rempli. La sensation de pouvoir être « nourri » et de bénéficier de ce qu’il désire à portée de main le rassurera toute sa vie. S’il est perturbé, il pourra manger plus que de raison. Aidez-le à trouver une autre forme d’apaisement à ses angoisses.

Les signes lunaires (Cancer, Taureau), plus facilement victimes de comportements addictifs que les autres signes astrologiques se jetteront sur la nourriture ou tout ce qui se met à la bouche. Évitez de lui donner à manger (ou une tétine) à chaque crise de larmes, à chaque angoisse.

Le bébé cancer : le sommeil

Votre « bébé cancer » ne devrait avoir aucun problème pour trouver le sommeil. Mais la faim le tirera des bras de Morphée plus souvent qu’un autre. À vous de construire son rapport au sommeil et à la nourriture. La nourriture ne doit pas demeurer son unique réconfort. Donnez-lui une peluche, montrez-lui comment se rassurer seul, et évitez la tétine qui renforcerait encore ce besoin de suçoter pour se calmer.

Dès qu’il prendra des repas plus substantiels, il dormira des nuits complètes et vous devrez même souvent le réveiller pour la tétée. A priori, en grandissant, la qualité de son sommeil restera toujours excellente. Plus tard, il fera partie des individus qui auront grand mal à sortir de leur lit le matin…

Le bébé cancer : les jeux

La richesse de son imaginaire, la puissance créatrice de votre « enfant Cancer » se révéleront dans le jeu. Cependant, votre enfant ne jouera jamais longtemps seul : être éloigné de vous, point trop lui demander. Il réclamera, plus qu’un autre enfant de signe astrologique différent, jouer avec vous.

Vous devrez donc vous armer de patience, répondre à ses désirs tout en lui apprenant progressivement à se passer de vous pour éprouver du plaisir à jouer. Le « jeune garçon Cancer », comme la « petite fille Cancer »non adepte de jeux violents, apprécieront davantage les jeux imaginaires et créatifs. Les livres d’images les feront rêver bien avant qu’ils ne sachent lire, les crayons de couleur les attireront même s’ils ne savent pas encore dessiner.

Bien qu’un vrai cancer préfère les jeux calmes et souvent solitaires, apprenez-lui à s’extérioriser et à prêter ses jouets : le cancer, comme le taureau se montre possessif.

Bébé cancer : devenir autonome

« Bébé cancer » sera peu pressé de conquérir son autonomie. Au contraire il souhaitera prolonger la phase de dépendance totale à sa mère. Vous devrez le stimuler, lui présenter le monde sous ses aspects les plus attrayants pour le pousser à explorer le monde sans vous, tout en le rassurant au besoin. Vous devrez donc procéder en douceur, en tenant toujours compte du fait qu’il manque de défenses personnelles contre le monde extérieur et qu’il compte sur vous pour le protéger.

« Bébé cancer » ne brillera pas par sa témérité et il vous faudra l’accompagner plus longtemps à chaque avancée (ou activité) avant qu’il prenne confiance et s’affirme. Plus préoccupé par le confort que l’effort, vous devrez lui apprendre à obtenir les choses de manière personnelle. Il peut être plaisant pour une mère de sentir son enfant si proche, mais si vous entretenez sa dépendance, vous accentuerez sa peur du monde extérieur et l’empêcherez ainsi de se socialiser. Néanmoins, votre « petit cancer » se développera normalement si vous savez habilement l’encourager.

L’apprentissage de la marche paraîtra aisé, car il adorera se déplacer et courir dans tous les sens, pour peu que vous restiez dans son champ de vision. Pour l’éducation à la propreté, « bébé cancer » n’aura pas de problèmes si vous savez lui montrer votre fierté.

Pour tous les autres apprentissages, il en ira de même. S’il aime longtemps jouer au bébé, tant que vous vous tiendrez très attentifs à ses côtés, « bébé cancer » se développera normalement. Cependant, progressivement, apprenez-lui à accomplir les choses pour lui et par lui-même.

L’enfant Cancer et les autres enfants

Doux et affectueux, compréhensif et compatissant, le « petit Cancer » saura se faire apprécier de tout le monde. Il aura d’ailleurs davantage besoin d’être aimé que d’aimer lui-même, et demandera à ses parents une attention exclusive jusqu’à devenir par moments un peu « collant ».

Le couple parental devra expliquer à « l’enfant Cancer » la notion de territoire et de temps auxquels chacun à droit. La naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur sera évidemment mal vécue par « le petit cancer » qui aura l’impression de perdre sa place et l’attention de sa mère. Mais il n’est pas souhaitable qu’il reste enfant unique, car il est déjà très axé sur lui-même et sur ses besoins. Probablement très jaloux (à moins d’un ascendant ou d’une dominante en signe d’air), il se sentira frustré dans un premier temps de devoir partager. S’il arrive à nouer des liens plus affectueux avec cet « alien », il cherchera l’attention exclusive de son frère ou sa sœur.

L’enfant Cancer et l’école

Sujet à des angoisses de séparation, « l’enfant Cancer » peut souffrir d’être placé en crèche, en nourrice et bien sûr, à l’école. Cependant, s’il a déjà eu l’habitude d’être séparé de ses parents dans la journée, l’entrée en maternelle se passera plus facilement. Dans un premier temps, il peut avoir peur des autres enfants, se sentir agressé, en danger par cet univers nouveau et déroutant. Il refusera tout net de rester, s’accrochera à vous et vous fendra le cœur par ses sanglots et son air désespéré. Si cela vous est possible, préparez-le à cette épreuve.

En primaire, « l’enfant Cancer » sera ravi d’aller à l’école pourvu qu’il jouisse d’amis. Selon qu’il aimera ses professeurs ou non, il sera plus ou moins bon élève. Il apprendra avec une facilité déconcertante, surtout en ce qui concerne le « par cœur », car sa mémoire se montre excellente. Il bénéficiera d’une ouverture d’esprit, mais il ne poursuivra pas ses efforts si le sujet ne l’intéresse pas. Il y mettra de la bonne volonté au départ, pour ne pas déplaire, mais son attention déclinera très vite.

La littérature, mais aussi l’histoire et la géographie l’intéresseront. En réalité, comme on l’a vu, tout dépendra de la personnalité de l’enseignant. Il aura souvent du mal à se mettre à ses devoirs à la maison (rêverie oblige) et travaillera avec plus de plaisir et de constance si vous tenez à ses côtés.

L’adolescent Cancer

Très sensible à l’heure des premières amours, « l’adolescent Cancer » tombera plus qu’un autre, facilement amoureux, mais se sentira aussi facilement découragé. À l’heure des moqueries adolescentes, il se sentira vite déstabilisé et extrêmement peiné. À l’âge où tous les sentiments sont exacerbés, un jour, sa vie ressemblera à un drame shakespearien. Un autre jour, il plongera dans le silence le plus total. Attention à ce qu’il ne se réfugie pas dans la nourriture, la cigarette ou l’alcool.

Peu enclin à l’autonomie vis-à-vis de vous, il peut avoir plus de mal qu’un autre à se passer du cocon sécurisant parental. Il faudra le pousser hors du nid, avec prudence afin qu’il ne prenne pas votre encouragement à l’indépendance pour de la négligence. Il est important pour « l’adolescent Cancer » que vous vous efforciez d’entretenir le dialogue et surtout que vous poussiez votre enfant à s’exprimer. Ne le laissez pas s’enfermer dans ses mal-être, ses chagrins adolescents sous peine de voir sa confiance en une vie adulte réussie entamée.

Apprenez-lui que l’on peut exprimer un désaccord sans cesser de s’aimer pour autant. Expliquez-lui qu’une dispute ne constitue pas la fin d’une amitié. S’expliquer c’est déjà se pardonner. Apprenez-lui le recul, et essayez de lui apprendre à dédramatiser. Tout sport, toute activité qui lui permet de gérer ses émotions et qui lui permet d’investir dans la confiance en l’autre semble une bonne chose pour notre « adolescent cancer ».

Connaître le thème astral de son enfant
Les graines semées dans l'enfance développent de profondes racines.

Bébé cancer en questions

À quoi dois-je porter attention avec un bébé cancer?

L'enfant cancer, porté par la lune, son maître tutélaire, va s'accrocher à ses parents comme à une bouée de sauvetage. Cela comble de plaisir les parents sur un temps, tant ce petit enfant semble affectueux. Le danger réside plus tard dans la dépendance affective si vous ne lui apprenez pas à vivre pour lui et par lui-même. Toute rupture sera vécue comme un drame insurmontable.

Faut-il entretenir l'imagination débordante de l'enfant cancer ?

L'imagination, l'intuition et la créativité sont les cadeaux de naissance de l'enfant cancer donc oui. Cependant, il faut aussi lui apprendre à faire le distinguo entre imagination et réalité et le pousser à créer dans le réel ce qu'il a imaginé. Vivre dans le fantasme ou le rêve perpétuel ne peut l'aider à se construire.

Un enfant cancer peut-il être agressif malgré tout ?

La lune, son maître tutélaire est liée aux émotions et au affects (y compris l'agressivité). Privez-le de nourriture émotionnelle et vous verrez s'il n'est pas capable de piquer des crises de colère. Plus qu'un autre signe, le cancer a besoin d'émotions et surtout de sécurité émotionnelle. La colère est un moyen de le rappeler aux parents. Tout cancer qu'il est, cet enfant a aussi Mars dans son thème natal.
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger et valider un commentaire
07 86 44 72 87
Question rapide?